Article écrit par Etienne Bompais-Pham, écrivain et ami de L’Ecole Parisienne de Langues.

Les Parisiens ont la réputation de conduire mal. Et comme beaucoup de mythes, cette légende est fondée sur une certaine réalité. Heureusement, Paris dispose du meilleur réseau de transport en commun au monde : métro, bus, tramways, et même un funiculaire pour monter jusqu’à Montmartre.

Cependant, les odeurs et la chaleur dans les transports, ou le mauvais caractère des Parisiens, peuvent vous rebuter. Dans ce cas, il existe une alternative : le vélo (ou la bicyclette). Vous pouvez circuler en liberté et découvrir la ville à votre rythme.

Vous n’avez jamais osé monter sur un vélo dans Paris et l’idée vous tente ? Découvrez nos astuces pour trouver un vélo et circuler dans Paris. Et puis, si vous souhaitez seulement vous promener, nous vous donnons en fin d’article notre bon plan pour trouver les meilleures balades à vélo dans Paris.

S’équiper

Si vous débutez, ne courez pas dans la première boutique pour acheter un vélo. Paris offre différentes alternatives : le Vélib’ et les vélos sans borne.

Le Vélib’

Comme le City Bike à New York ou les Santander Cycles à Londres, Paris dispose d’un parc de vélos en libre-service : le Vélib.

vélibCrédit photo : Le Parisien (LP/J.-G.B.)

Avec ses 1 400 stations dans Paris, vous trouverez à coup sûr votre bonheur.

Pour 1 € la demi-heure, vous disposez d’un vélo qui vous permettra de traverser Paris sans contrainte. Arrivé à destination, vous trouverez aisément une station où le laisser.

Si vous souhaitez aller à la Butte Montmartre ou aux Buttes Chaumont, mais que les montées vous font peur, il existe une solution : le vélo électrique, aussi proposé par Vélib’ Métropole. Vous distinguerez, dans les stations Vélib’, les vélos mécaniques par leur couleur verte, des vélos électriques bleus. Pour 2 € la demi-heure, vous n’aurez pas besoin d’être Lance Armstrong pour traverser Paris en toute tranquillité.

Les vélos sans borne

Si, malgré tout, vous n’êtes pas satisfait du service mis en place par la Ville de Paris, il existe d’autres solutions : le vélo sans borne. Ils sont proposés par Ofo, Mobike ou Obike.

IMG_0917

Ces vélos ne sont pas rattachés à des stations : ils sont garés dans la rue, sans borne. Pour les utiliser, flashez le QR Code placé sur le vélo via l’application de la société (Ofo, Mobike ou Obike), le cadenas se déverrouille et vous pouvez partir.

Arrivé à destination, vous le laissez sur une place de vélo. Verrouillez le cadenas et le tour est joué !

Circuler dans Paris

Rouler dans Paris, c’est votre bête noire. Je le sais. Mais si vous respectez ces trois points, vous devriez vous en sortir sans problème.

Le Code de la route

Le Code de la route dans le monde entier se ressemble à quelques exceptions près. Respectez-le !

Bien sûr, si vous êtes Anglais, Japonais ou Australien, vous l’avez déjà remarqué : les Français roulent à droite.

En France s’applique la priorité à droite. Par conséquent, s’il n’y a pas de feu de circulation à une intersection, regardez immédiatement la rue de droite. Le véhicule qui arrivera sera prioritaire.

Annoncez vos changements de direction. Si vous voulez tourner à droite, tendez le bras droit avant de tourner. Si vous voulez tourner à gauche, tendez le bras gauche avant de tourner.

Les pistes cyclables

Paris dispose de quelques pistes cyclables. Vous les distinguerez par les symboles de vélo et la couleur verte marqués au sol.

Certaines voies à sens unique ne le sont pas pour les vélos. S’il y a un panneau sens interdit, un second panneau représentant un vélo, placé  en-dessous, vous autorise à passer. S’il n’y a pas de panneau, un marquage au sol représentant un vélo vous y autorisera.

IMG_0921

Enfin, sauf exception, vous avez le droit de rouler dans les voies de bus (voies tout à droite, marquées d’un « BUS », que les voitures n’ont pas le droit d’emprunter, hormis les taxis). Quand il existe des pistes cyclables séparées, un symbole sur le sol vous informe que vous n’avez pas le droit d’emprunter la voie de bus. Rejoignez dans ce cas la piste cyclable.

Les Parisiens

Tout ce que je viens de vous expliquer n’est malheureusement pas appliqué par les Parisiens, têtus et rebelles.

Anticipez donc tous les changements de direction des voitures. Si vous sentez qu’une voiture va vous passer devant, freinez.

Lorsque vous arrivez à une intersection, regardez à droite et aussi à gauche : même si vous avez la priorité, un Parisien ne vous laissera pas passer. Avant de vous engager, vérifier alors que le conducteur du véhicule vous a vu et a commencé à ralentir pour vous laisser passer.

Les pistes cyclables sont réservées aux vélos, mais certains piétons parisiens ne s’en préoccupent pas. Ils peuvent donc déboucher devant vous à tout moment. Quand vous voyez un Parisien trop près de votre voie, prévenez de votre passage avec un petit coup de sonnette : il saura alors que vous arrivez.

Les applications indispensables

Trouver un vélo

Pour trouver un vélo, utilisez l’application de votre service de vélos en libre-service : Vélib’, Ofo, Obike

Se retrouver

Pour vous retrouver dans la ville, vous pouvez utiliser votre application préférée : Plans d’Apple ou Maps de Google. La seconde est meilleure que la première, car elle propose des itinéraires à vélo.

Cependant, selon moi, la meilleure pour faire du vélo à Paris est : Geovelo. Les trajets proposés prennent en compte les pistes cyclables. L’application vous suggère aussi plusieurs itinéraires : recommandé, rapide ou sécurisé.

Trouver des balades

Si vous souhaitez seulement vous balader à vélo, mais que vous ne savez pas où aller, des sites vous proposent des balades.

C’est par exemple le cas de Still in Paris qui vous propose des idées de balades originales en vélo.

Vous pouvez aussi tout à fait joindre l’utile à l’agréable et convaincre votre professeur de français de se joindre à vous : vous découvrirez Paris et le français en vous amusant.

« Paris Expat’ Café » est une série de courtes interviews vidéo avec des personnes qui habitent à Paris et qui ont appris à parler français pour vivre pleinement cette aventure.

L’École Parisienne de Langues leur pose 4 questions :

  • Pourquoi Paris ?
  • Qu’est-ce qui vous surprend le plus à Paris ?
  • Quel est pour vous le mot le plus difficile en français ?
  • Quel conseil donneriez-vous à un « expat’ » ? / Comment avez-vous appris le français ?

Dans cet épisode de « Paris Expat’ Café », découvrez l’interview avec Stephen Clarke :

Stephen Clarke est un écrivain et journaliste anglais, auteur de nombreux bestsellers. Il vit en France depuis les années 1990, où il a emménagé à Paris. Il aime la France parce qu’en France « on travaille pour vivre, et pas le contraire ».
Son dernier livre, « Edouard VII, un roi anglais made in France » est paru en octobre 2017.
BIBLIOGRAPHIE COMPLETE :
– A Year in the Merde
– Merde Actually
– Merde happens
– Talk to the Snail
– Dial M for Merde
– God save the President
– A brief history of the Future
– Paris Revealed
– Annoying the French Encore
– The Merde Factor
– Dirty Bertie, an English King Made in France
– 1000 Years of Annoying the French
– How the French Won Waterloo (Or Think They Did)
– Merde in Europe.
Voir la biographie complète de Stephen Clarke : http://www.stephenclarkewriter.com/fr/biographie

« Paris Expat’ Café » est une série de courtes interviews vidéo avec des personnes qui habitent à Paris et qui ont appris à parler français pour vivre pleinement cette aventure.

L’École Parisienne de Langues leur pose 4 questions :

  • Pourquoi Paris ?
  • Qu’est-ce qui vous surprend le plus à Paris ?
  • Quel est pour vous le mot le plus difficile en français ?
  • Quel conseil donneriez-vous à un « expat’ » ? / Comment avez-vous appris le français ?

Dans cet épisode de « Paris Expat’ Café », découvrez l’interview avec Bernhard Braunstein :

Bernhard Braunstein, cinéaste autrichien et réalisateur d’Atelier de conversation, film d’ouverture de la 39ème édition de Cinéma du Réel. Bernhard a vécu à Paris où il a perfectionné son niveau de français à la BPI du Centre Georges Pompidou. C’est là que lui vient l’idée d’un documentaire dédié aux ateliers de conversation auxquels il avait auparavant participé.

« Paris Expat’ Café » est une série de courtes interviews vidéo avec des personnes qui habitent à Paris et qui ont appris à parler français pour vivre pleinement cette aventure.

L’École Parisienne de Langues leur pose 4 questions :

  • Pourquoi Paris ?
  • Qu’est-ce qui vous surprend le plus à Paris ?
  • Quel est pour vous le mot le plus difficile en français ?
  • Quel conseil donneriez-vous à un « expat' » ? / Comment avez-vous appris le français ?

Dans cet épisode de « Paris Expat’ Café », découvrez l’interview avec Miki :

Miki est Japonaise et elle est venue à Paris pour suivre les traces de son artiste préférée, Sophie Calle. Elle vit à Paris depuis plus de 10 ans et elle a fait son doctorat dans la capitale française. Elle travaille en tant que maître de conférence dans le domaine des Arts. Elle donne également des cours de japonais aux Français.

Ecrit et illustré par Pauline Roquet Montégon, Parisienne et urbaniste.

Paris, c’est dense. Entre tous les bâtiments et les voitures, on peut vite ressentir l’envie de de s’échapper au vert le temps d’un après-midi.

Voici une liste de petits coins de verdure pour lire un livre sous les arbres, pour profiter d’un rayon de soleil ou pour observer les passants. C’est un passe-temps idéal après avoir dégusté les pâtisseries conseillées par Chloé :

Paris à l’époque royale

Les Tuileries (M° Tuileries, Concorde, Palais Royal Musée du Louvre), un jardin idéal pour profiter des chaises au bord des fontaines ou dans les endroits un peu hors du passage, face à des sculptures ou à la vue imprenable sur la place de la Concorde et la Tour Eiffel.

IMG_1691 2
Tuileries (août 2016, ©PRM)

Paris d’Haussmann

Les Buttes Chaumont (M° Buttes Chaumont, Botzaris) sont construites sur une ancienne déchetterie et d’anciennes carrières de gypse. Il y a des coins pour tous les goûts, que ce soit tout en haut de belvédère, sur les bords de lac ou encore au café Rosa Bonheur.

Paris contemporain

Le Jardin Atlantique se situe au-dessus de la Gare Montparnasse (M° Montparnasse, Gaité). Vous pouvez y accéder par les escaliers de la rue Vaugirard ou ceux de la rue du Commandant Mouchotte. Une fois en haut, vous aurez l’impression d’être hors de la ville, malgré les tours de bureaux autour de vous.

Le Parc Martin Luther King (M° Brochant, Porte de Clichy). On retrouve le Paris moderne dans ce quartier en pleine construction. Au Nord, vous verrez la silhouette du Tribunal de grande instance, conçu en 2017 par l‘architecte Renzo Piano. Il s’agit du deuxième immeuble le plus haut de Paris, après la Tour Montparnasse.

Les inclassables

En plein milieu de la Seine et bordée de 61 espèces botaniques, l’Île aux Cygnes (M° Passy, Bir Hakeim, Charles Michels) vous transporte en plein milieu de la Seine entre le Pont Bir Hakeim et la Statue de la Liberté.

IMG_6838 2.jpg
Allée des Cygnes (mars 2017, ©PRM)

La Promenade Plantée / Coulée Verte (M° Bastille, Michel Bizot, Porte Dorée) est une ancienne voie ferrée. C’est un endroit idéal pour voir différents visages de Paris tout en ayant l’impression d’emprunter des passages secrets.

Paris hors les murs : les parcs royaux

Le Parc de Sceaux (RER B Sceaux, Parc de Sceaux et Croix de Berny) est un immense domaine royal idéal pour une grande balade le long des canaux.

unnamed-2.jpg
Parc de Sceaux (novembre 2017, ©PRM)

Au Parc de Saint Cloud (M° Boulogne Pont de Saint Cloud), vous aurez l’impression d’être en pleine forêt à 10 min de métro de Paris, en entendant le vent chanter dans les arbres. Petit plus : la vue sur l’Ouest de Paris depuis le Rond-Point de la Balustrade.

unnamed1 2
Parc de Saint Cloud (novembre 2017 ©PRM)

 

Bonnes balades !

Attention aux horaires des parcs consultables sur internet :
les parcs de la Ville de Paris,
le Parc de Sceaux :
le Parc de Saint Cloud.